L’économie Sénégalaise qui navigue entre le Plan Sénégal Emergent de Macky Sall et le projet du nouveau gouvernement

Le Sénégal est à la croisée des chemins, car il doit choisir entre la vision du Plan Sénégal émergent et le projet de l’administration récemment élue du président Bassirou Diomaye Faye. L’adoption du budget 2024 le 15 décembre 2023, quelques mois avant l’élection présidentielle, ouvre la voie à une transition difficile.

L’approbation du budget par l’Assemblée nationale du Sénégal était importante, car elle reflétait l’orientation économique définie par l’administration de Macky Sall. Cependant, Macky Sall n’étant pas rééligible, des incertitudes planent sur le sort de son plan. L’émergence de partis politiques aux idéologies opposées a encore compliqué les choses, soulevant des questions sur la durabilité du cadre économique existant.

Le point culminant de ces tensions a conduit à l’élection du président Bassirou Diomaye Faye, propulsé au pouvoir par le soutien populaire recueilli par ses propositions en faveur d’une nouvelle trajectoire économique. Son élection a symbolisé le rejet du statu quo et le désir de changement des citoyens sénégalais, en particulier des jeunes.

L’administration du président Faye, ancrée dans les principes du parti PASTEF, vise à tracer une voie de développement économique qui donne la priorité aux ressources nationales et recherche des partenariats équitables sur la scène internationale. Cette rupture avec la dépendance de Macky Sall à l’égard de la dette extérieure marque un changement important dans l’orientation de la politique.

Cependant, la transition entre ces plans économiques divergents constitue un défi de taille pour le nouveau gouvernement. Alors que le budget 2024 est déjà en cours d’élaboration, le report des élections, les inquiétudes concernant la viabilité de la dette et les crises mondiales en cours ajoutent des couches de complexité à la situation.

Naviguer dans cette transition exige un équilibre délicat et une prise de décision stratégique. Bien que la possibilité d’amender le budget par une loi de finances rectificative existe, elle risque d’exacerber la fragilité économique. Au contraire, la promotion des pratiques de bonne gouvernance et la garantie d’une gestion transparente des finances publiques offrent une voie vers la revitalisation de l’économie.

Alors que le Sénégal s’engage sur la voie de la transition, les mesures prises par la nouvelle administration façonneront le paysage économique du pays pour les années à venir. Le monde entier attend avec impatience de voir comment le Sénégal relèvera ces défis et en sortira plus fort.

Elhadj Amadou Samb BudgIT Senegal Country Lead 

Previous Post
Appel à candidature pour des vontaires champions communautaires pour le suivi de la prestation de services publiques au Sénégal

Pin It on Pinterest

Share This